Jeunesse malienne : Cet autre visage positif qui rend fier

Source: Page facebook Aicha Diarra https://web.facebook.com/DiarraAicha.21

Depuis presqu’une décennie, notre pays traverse l’une des périodes les plus sombres de son histoire. Depuis 2012, jusqu’aujourd’hui le Mali est sous une guerre sans précèdent tendant à l’isolé du reste du monde. Pourtant, son histoire a ébloui le monde entier. Pendant des siècles, les grands empires tels que : l’empire du Ghana, du Mali, celui du Songhaï ainsi que les grands royaumes comme celui de Ségou, du khaarta, du kenedougou, pour ne citer que ceux-ci, ont rayonné au firmament de plusieurs époques. Malgré, le poids lourd de la situation actuelle que vit le pays avec des répercussions néfastes sur la jeunesse, l’espoir demeure permis. En effet, des jeunes maliens débordés de talents et d’intelligence arrivent par des exploits rarissimes, à prouver qu’au Mali, il n’y a pas que la crise, il y ‘ a aussi des succès, du génie qui a de la place dans le concert des nations.

Au Mali, la jeunesse est en quête perpétuelle de modèle ou de repère. Avec, souvent, en face, toutes formes d’entraves qu’elle traverse. Le système éducatif est inadéquat à la réalité du marché de l’emploi, le banditisme grandissant dans les grandes villes porté malheureusement par les jeunes, la toxicomanie qui rongent une majeure partie de la couche juvénile, le manque d’opportunités, pour ne citer que ceux-ci. Ces fléaux sont plantés au-dessus de nos têtes comme l’épée de Damoclès. Malgré cette réalité, il y a des jeunes, qui arrivent à faire sortir la tête de l’eau. Certes, une seule hirondelle ne fait pas le printemps, mais, il est pertinent de voir, d’un bon œil, le travail abattu nuit et jour, par ces jeunes du pays, qui font la fierté du Mali, à l’international pour faire bouger les lignes. Comme dit un adage : « il est impossible de faire confiance à un coiffeur qui n’a pas de cheveux ». Certains ont su tirer leurs épingles du jeu dans leurs domaines de compétence, et contredisent, par ces success-stories, que la jeunesse peut, elle a juste besoin de la confiance.

Politique et société 

Adam DICKO, Directrice Exécutive de l’AJCAD Mali, Association des Jeunes pour la Citoyenneté Active et la Démocratie, sa participation au dernier sommet (Afrique-France) lors duquel, elle a tenu un discours franc face au président français par rapport à la crise malienne en particulier et, celle du sahel en général. Son courage à dire dans un discours assez décomplexé et en toute complémentarité de l’imaginaire collectif sahélien, la responsabilité de la France et celle des décideurs politiques sahéliens dans la crise sécuritaire au sahel est à saluer et encourager.

Art et cultures 

Nous avons tous suivi avec beaucoup d’intérêt et de fierté notre compatriote Djelika Mama TRAORE avec son film intitulé : « Ma passion » un documentaire dans lequel, elle explore les nombreux obstacles et préjugés que les aspirants artistes maliens doivent surmonter surtout la jeunesse pour poursuivre leurs rêves. Les exigences imposées aux femmes dans la famille et dans la société sont si grandes que le rêve de poursuivre l’art est souvent abandonné. Elle a produit le film grâce à sa participation à Accontability Lab ‘’Mali’s YALI Films followship’’ financé par l’Ambassade des États-Unis au Mali au début de cette année, le film a remporté le grand prix, le top prix au Festival ‘’Clap Ivoire’’ en Côte d’Ivoire, qui regroupe des jeunes réalisateurs de l’espace UEMOA. Avec elle, la phrase de pierre corneille sied bien « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point les nombres des années ». Toumani Sangaré, également jeune réalisateur du Mali, a quant à lui remportée, dans la même compétition, le prix de l’intégration africaine.

Par ailleurs, Ousmane SAMASSEKOU a été prime sur plusieurs podiums cinématographiques. Son film The last Shelter/ Le dernier refuge, a remporté 10 trophées et vient récemment de remporter encore le Tanit d’argent au JCC Carthage Film Festival, est également nominé aux Oscars aux Etats-Unis. Kaourou Magassa, journaliste et réalisateur, vient à son tour de remporter la mention spéciale du grand Jury à la 18ème édition du festival du film panafricain de Cannes pour son film « Mounyou ni sabali ? « 

Littérature

En littérature, des belles plumes de la jeunesse malienne se démarquent sur le continent. L’illustration parfaite avec Aicha Diarra, Lauréate du Prix David Diop de la Poésie pour son recueil de poèmes « De la Poésie à la Prophétie » à la journée internationale de l’écrivain Africain à Dakar au Sénégal.

Musique Urbaine

Du septième art à la musique, la Mali n’est pas resté en marge à travers sa jeunesse. IBA ONE vient de rafler des trophées sur le sol nigérian ou il a remporté 5 trophées pour lui et pour l’ensemble de la jeunesse malienne. Il s’agit du trophée du meilleur album de l’année avec “Mon empire”, meilleur artiste masculin en Afrique de l’Ouest, meilleur artiste masculin de la musique d’inspiration africaine, meilleur duo ou groupe d’artistes de la pop africaine et meilleur compositeur de l’année. C’est moins surprenant pour celui qui connait l’homme, le seul à disposer du secret du remplissage des stades lors de ces concerts.  

Entreprenariat 

L’un des domaines fertiles et prometteurs pour la jeunesse malienne en dépit des multiples défis, reste l’agro-business. La vidéo du jeune Adama Kanté aujourd’hui, promoteur de ‘’Food santé’’ et de ‘’Sene Invest’’ a fait le tour de la toile et des réseaux sociaux où il inspire beaucoup de jeunes à embrasser ce chemin et de sortir d’une éternelle providence. Tout comme son camarade Moussa DOUMBIA : promoteur de l’entreprise « Jus Buguni » qui l’a amené à prendre part à un forum international le mois dernier à ADDIS ABBEBA(Ethiopie) montrant un autre visage de la jeunesse malienne à travers le monde entier.

Sports 

Le brillant parcours de l’équipe nationale (U-16) de basketball, championne d’Afrique 7 fois d’affilé, montre à suffisance la persévérance de cette brave jeunesse malienne. On n’oublie pas l’équipe nationale senior qui s’apprête à participer à la coupe d’Afrique des nations prévue du 9 janvier au 6 février 2021 au Cameroun et la brillante prestation presque sans faute de la deuxième phase de qualification du mondial Qatar 2022.

Tout en sachant que tout n’est pas blanc comme neige, mais tout n’est point aussi noir comme charbon.

Samba Balobo Bah