Le 28 Mai Journée mondiale de l’hygiène menstruelle : 𝗨𝗻𝗲 𝗳𝗶𝗹𝗹𝗲 𝘀𝘂𝗿 𝟭𝟬 𝗻𝗲 𝘃𝗮 𝗽𝗮𝘀 à 𝗹’é𝗰𝗼𝗹𝗲 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝘀𝗼𝗻 𝗰𝘆𝗰𝗹𝗲 𝗺𝗲𝗻𝘀𝘁𝗿𝘂𝗲𝗹 𝗲𝗻 𝗔𝗳𝗿𝗶𝗾𝘂𝗲 𝘀𝘂𝗯𝘀𝗮𝗵𝗮𝗿𝗶𝗲𝗻𝗻𝗲 !

𝗟𝗮 𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻é𝗲 𝗺𝗼𝗻𝗱𝗶𝗮𝗹𝗲 𝗱𝗲 𝗹’𝗵𝘆𝗴𝗶è𝗻𝗲 𝗺𝗲𝗻𝘀𝘁𝗿𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗰é𝗹é𝗯𝗿é𝗲 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝗹𝗲 𝗺𝗼𝗻𝗱𝗲 𝗲𝗻𝘁𝗶𝗲𝗿 𝗰𝗵𝗮𝗾𝘂𝗲 𝟮𝟴 𝗠𝗮𝗶, 𝗱𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝟮𝟬𝟭𝟰 𝗲𝘀𝘁 𝗹’𝗼𝗰𝗰𝗮𝘀𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗿𝗮𝗽𝗽𝗲𝗹𝗲𝗿 𝗾𝘂’𝗲𝗻 𝗔𝗳𝗿𝗶𝗾𝘂𝗲 𝘀𝘂𝗯𝘀𝗮𝗵𝗮𝗿𝗶𝗲𝗻𝗻𝗲, 𝘂𝗻𝗲 𝗳𝗶𝗹𝗹𝗲 𝘀𝘂𝗿 𝗱𝗶𝘅 𝗻𝗲 𝘃𝗮 𝗽𝗮𝘀 à 𝗹’é𝗰𝗼𝗹𝗲 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝘀𝗼𝗻 𝗰𝘆𝗰𝗹𝗲 𝗺𝗲𝗻𝘀𝘁𝗿𝘂𝗲𝗹, 𝗰𝗲 𝗾𝘂𝗶 𝗰𝗼𝗿𝗿𝗲𝘀𝗽𝗼𝗻𝗱 𝗱’𝗮𝗽𝗿è𝘀 𝗰𝗲𝗿𝘁𝗮𝗶𝗻𝗲𝘀 𝗲𝘀𝘁𝗶𝗺𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 à 𝟮𝟬% 𝗱𝘂 𝘁𝗲𝗺𝗽𝘀 𝘀𝗰𝗼𝗹𝗮𝗶𝗿𝗲 𝗽𝗲𝗿𝗱𝘂 𝗲𝗻 𝘂𝗻𝗲 𝗮𝗻𝗻é𝗲, 𝘀𝗲𝗹𝗼𝗻 𝘂𝗻 𝗥𝗮𝗽𝗽𝗼𝗿𝘁 𝗗𝗲 𝗟’𝗨𝗡𝗘𝗦𝗖𝗢.

Briser le tabou sur les menstrues et sensibiliser sur l’importance d’une bonne hygiène menstruelle est toute la raison d’être de cette journée.  Elle est une invite à Lever les tabous qui entourent les règles ! La puberté coïncide avec l’apparition des règles ou menstrues chez les jeunes filles qui deviendront plus tard des femmes et vivront ce phénomène jusqu’à la ménopause. Un grand nombre de jeunes filles paniquent dès l’apparition des premières règles et ont du mal à s’adapter et à bien gérer les menstrues. Ce qui s’explique en partie par l’insuffisance d’implication des parents dans l’éducation sexuelle de la jeune fille avant la puberté, afin de lui permettre de mieux accueillir cet événement.

Les obstacles liés à la bonne gestion de l’hygiène menstruelle

La pauvreté, la faible connaissance des filles et des femmes sur la santé menstruelle, la honte, la problématique de l’intimité sont entre autres éléments qui ne favorisent pas une bonne gestion des menstrues, étant donné que les menstruations sont vécues différemment d’une personne à une autre.

Privilégier l’accès facile aux services de première nécessité serait une alternative indéniable. L’hygiène par définition, c’est l’ensemble des pratiques individuelles et collectives permettant de conserver notre santé. L’hygiène menstruelle suppose que les adolescentes et les femmes ont accès à des produits sains pour recueillir le sang. Elle suppose aussi qu’elles ont accès à l’eau et au savon pour bien se nettoyer et bénéficient également de bonnes installations pour bien gérer le flux menstruel. Il y a plusieurs matériels de protection utilisés par les femmes : morceaux de pagnes, serviettes hygiéniques, coton, tampons, etc.

Moyens et mode de protection

Pour une bonne gestion des menstrues, les serviettes doivent être changées plusieurs fois dans la journée, les morceaux de tissus doivent être bien lavés et bien séchés, la nuit, il faut privilégier l’utilisation des serviettes.

Une éducation précoce des jeunes filles et des femmes à la gestion de l’hygiène menstruelle et une bonne éducation des filles et des garçons sur le cycle menstruel sont nécessaires. Aussi, des toilettes fonctionnelles dans les écoles et espaces publics sont essentielles. Dixit Pr Charlemagne Ouédraogo à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’hygiène menstruelle.

La bonne gestion de l’hygiène menstruelle est capitale pour le bien-être des filles et des femmes et pour le respect de leur dignité. Elle fait partie des services de base en santé de la reproduction auxquels chaque femme doit accéder.

Pour relever le défi de la bonne gestion de l’hygiène menstruelle dans nos États, il va falloir que l’Etat, les organisations de jeunes et les organisations non gouvernementales s’investissent. Ils doivent accroitre les efforts dans le sens de la sensibilisation des jeunes filles, notamment celles en milieu scolaire à maitriser les bonnes pratiques en matière de GHM.  

Maimouna SANGARE