COMMUNIQUE DU BE-AJCAD N° 00328 Sur le Carnage du Village Ogossagou

AJCAD s'incline devant la mémoire des victimes, réitère son appel au désarmement de toutes les milices et la sécurisation des Maliens
AJCAD a appris avec une profonde affliction le carnage du village peulh Ogossagou, situé dans le cercle de Bankass, le samedi 23 Mars 2019, par des milices habillés dans les ténues des chasseurs traditionnels "dozos". Plus de 160 MALIENS ont été froidement exécutés même des femmes enceintes et des enfants n'ont pas été épargnées, le village a été complètement dévasté.
AJCAD Mali condamne avec la dernière énergie ces crimes odieux, relevant de la pure barbarie et qui sont constitutifs de génocide.
AJCAD Mali présente ses condoléances les attristées aux familles endeuillées et exprime ses vœux de prompts rétablissement aux blessés.
Elle rappelle avoir alerté les plus hautes autorités du Mali, depuis belles lurettes sur le spectre d'un massacre qui planait sur le Mali visant les paisibles citoyens du centre du Mali.
Et dans un communiqué daté du 2 janvier 2019, AJCAD est revenue rappeler à nouveau les autorités sur le risque potentiel d'un carnage au Centre suite à l'attaque du village Peulh Koulongo, situé dans le même cercle de Bankass qui a fait 37 victimes , tout en interpellant les autorités à prendre leur responsabilité et de tout mettre en oeuvre pour désarmer toutes les milices, de protéger les populations et de jeter les bases d'un dialogue entre les communautés permettant de ramener la paix et le vivre ensemble.
Et le chef de l'État avait promis à l'époque à kolongo de veiller à la protection des populations et qu'une enquête sera diligentée pour situer les responsabilités et les coupables seront punis.
AJCAD estime que l'acte perpétré ce samedi 23 Mars 2019, n'est que le fruit du manque de cohérence entre les discours politiques et les actes.
Elle déplore le manque du sens d'anticipation des autorités en place qui excellent dans l'art de condamnation sans effets.
Elle invite le gouvernement à faire en sorte que l'enquête sur ce crime aboutisse à l'identification des coupables et leurs mise à la disposition de la justice pénale nationale et internationale.
AJCAD Mali réitère son appel aux autorités de tout mettre en œuvre pour le désarmement de toutes les milices et de prendre les dispositions urgentes pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens sur toute l'étendue du territoire.
Elle estime que l'armée à elle seule ne peut pas réinstaurer la paix dans la durée.
Par conséquent , AJCAD encourage les autorités à privilégier davantage les mécanismes traditionnels de règlement des conflits à savoir : le dialogue inter communautaire, le pardon sincère , le respect et l'acceptation de l'autre dans sa différence.
Bamako le 26 Mars 2019
Adam DICKO, présidente de l'AJCAD-Mali