COMMUNIQUÉ BE-AJCAD 00326: Sur la situation paralysante de l'école malienne

AJCAD interpelle le chef de l'État sur sa promesse de campagne en faveur des jeunes du Mali AJCAD Mali observe depuis quelques temps avec une profonde inquiétude la paralysie de l'école malienne, marquée par des grèves des enseignants. Les discussions entre l'État et les partenaires sociaux n'ont pas , jusque-là, permis d'aboutir à des compromis nécessaires pour la reprise normale des cours.
Trois points de revendications constituent des pierres d'achoppement toujours : l'octroi d'une prime de logement ; la relecture immédiate du décret n°529 P-RM du 21 juin 2013 portant allocation au personnel chargé des examens et concours professionnels ; l'accès des fonctionnaires des collectivités territoriales aux services centraux de l'État Conséquence : l'avenir des enfants est pris en otage
Nous estimons que ce sont des revendications légitimes au regard du rôle et sacrifice du corps enseignant. ACAD invite le gouvernement à renouer le dialogue avec les partenaires sociaux de l'école et de trouver les compromis nécessaires afin de garantir le droit constitutionnel des fils du Mali.
Par ailleurs, AJCAD interpelle le chef de l'État Ibrahim Boubacar Keita sur sa promesse de campagne en faveur des jeunes du Mali. Il disait ceci « A l'heure de clôture de cette campagne c'est aussi à vous que je pense, jeunesse du Mali. Si vous m'accordez votre confiance, je veux faire des cinq prochaines années un mandat de préparation pour la prochaine génération. Pour vous et avec vous,les cinq prochaines années, c'est une société radicalement différente que je veux bâtir. Une société qui promet l'éducation, une société qui s'engage pour les entrepreneurs, les start-up; une société qui forme ; une société qui donne envie de s'y établir par un environnement stable et de sécurité; une société qui libère et émancipe par l'effort; une société qui fait éclore les talents; une société qui encourage le goût du risque ; une société qui investi dans l'autonomie ; une société d'opportunités , de travail pour tous, de réussite partagée; une société de partage , une société qui vous donne les outils pour participer aux conversations de notre continent, aux dialogue du monde, aux révolutions vertueuses qui couvent et qui changent profondément la planète; une société qui incube des agents de notre futur, les acteurs des transformations que nous devons mener et gagner ; une société de progrès qui avance sûrement mais résolument. Jeunesse malienne, je sais ce que je vous dois.Je sais ce que ma génération vous doit.Je sais ce que ce pays vous doit. Votre confiance m'obligera . Je ne vous decevrai pas .Insh 'Allah » .
Elle rappelle le chef de l'État que l'avenir d'une nation dépend fondamentalement du niveau de l'éducation. « Après le pain, l'éducation est le premier besoin d'un peuple », disait Georges Jacques Danton. Et Napoléon 1er précisait : « Il n' y aura pas d'État fixe s'il n' y a pas un corps enseignant avec des principes fixe .... » AJCAD insiste auprès du chef de l'État de tout mettre en oeuvre pour honorer sa promesse.