ACCES AUX DOCUMENTS ADMINISTRATIFS ET AUX SERVICES PUBLICS AU MALI

AJCAD outille plus d’une vingtaine de membre pour une campagne de sensibilisation citoyenne Au Mali, l'accès des citoyens aux documents administratifs et aux services publics est un véritable chemin de croix. Pour faciliter aux citoyens l’accès aux différents services étatiques, AJCAD-Mali a initié, du 3 au 4 décembre 2018, une session de formation à l’intention de plus d’une vingtaine de membres. L’objectif global est de les outiller pour une campagne d’information et de sensibilisation citoyenne à Bamako et dans les régions où l’organisation est représentée. C’était au siège de l’AJCAD-Mali.

C’est un secret de polichinelle de dire que la majorité des Maliens ignorent les procédures administratifs d’obtention des documents publics au niveau de l’administratif ainsi que les textes y afférents. Pour y remédier à ce déficit d’information, AJCAD entend mener des campagnes de sensibilisation citoyenne. La première étape a débuté avec l'atelier de deux qui a regroupé plus de 22 jeunes membres venus de Bamako et dans les zones d'intervention de l'AJCAD à savoir, Ségou, Sikasso, Kayes et Mopti. L’atelier d’ouverture était présidé par Ousmane MAIGA, Secrétaire exécutif de AJCAD-Mali, accompagné en cette circonstance par Abdoul Kader Ky , Chef du Centre de documentation et d’informatique au Commissariat au Développement Institutionnel (CDI).

Après avoir souhaité la bienvenue aux membres, Ousmane MAIGA, Secrétaire exécutif de l’AJCAD-Mali, a campé le décor en rappelant que l'objectif principal de l’atelier est de renforcer les capacités des jeunes de l'AJCAD qui vont mener dans des jours à venir des campagnes de mobilisation citoyenne , de plaidoyer pour faciliter l'accès des populations aux documents administratifs de l'Etat. « Il s'agit en clair de vous amener à apprendre les procédures administratifs en matière d'accès aux documents administratif, d'établir des documents administratifs fréquemment sollicités par les citoyens notamment les jeunes et connaître les recours possible en matière des droits d'accès aux documents administratifs, connaitre les rôles et responsabilités des jeunes et de la société civile sur l'accès aux services et aux documents administratifs. », a expliqué le Secrétaire exécutif.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, Abdoul Kader Ky, chef du Centre de documentation et d’informatique au CDI, non moins formateur principal de l’atelier, a affirmé que l’administration doit être au service des usagers et non au-dessus d’eux. « Les administrateurs sont au service des administrés », a-t-il précisé, interpellant par ailleurs la société civile. « Le rôle de la société civile est primordial pour la prise de conscience des citoyens de cet état de fait. Qu’est-ce que l’administration ? Comment avoir accès aux documents administratifs? Quel est le rôle de la société civile ? Ce sont là, quelques questions qui seront abordées au cours de la session d’échange.

Cette formation a permis aux participants d’être largement édifiés sur les textes juridiques et les procédures. « On a beaucoup appris au cours de cette session sur les textes et les procédures d’obtention de certains documents administratif. On ignorait beaucoup de chose bien avant la formation. La formation s’est bien déroulée et nos attentes ont été comblées. Actuellement, on est en mesure de relayer les informations aux populations », a déclaré Ibrahim Sissoko, point focal de Ajcad-Mali à Sikasso.

« Le formateur a répondu à nos attentes majeures. Avec lui, nous avons eu connaissance des tarifs exacts des documents suivants : Carte nationale d’identité, le passeport, le permis de conduire, meilleur accès au journal officiel ainsi que les documents appelés confidentiels au Mali. Maintenant, nous sommes en mesure de relayer l’info à la base », se réjouit Ousmane Keita, Point focal Ajcad à Kayes.

« Ces deux jours de formations nous ont permis d’acquérir beaucoup d’information quant à l’accessibilité aux documents administratifs ainsi que le prix réel de ces documents. Je pense qu’aujourd’hui j’ai la capacité de transmettre ses informations à la population. », affirme Drisa Dembélé, un participant de Bamako.

A noter que cette activité s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Fonds d'appui aux moteurs de Changement (FAMOC) soutenue par l'Ambassade du Royaume de Danemark au Mali.