CAMP LEADER 20 : Les jeunes à l’école de la recevabilité et la bonne gouvernance

Les jeunes à l’école de la recevabilité et la bonne gouvernance 

Du 30 au 31 Décembre 2020, environs 500 jeunes, leaders des Clubs d’Actions citoyennes de l’AJCAD ont participé à la deuxième édition du Camp Leader en mode virtuel à raison de la pandémie COVID-19. La redevabilité, la bonne gouvernance, bilan et les perspectives 2021 ont été les moments forts de ce camp virtuel.

Convaincu que la participation des jeunes aux instances de prises de décision est gage du renforcement de la démocratie participative, AJCAD Mali ne cesse de multiplier les actions dans ce sens. C’est dans cette optique que AJCAD a organisé, les 30 et 31 décembre 2020, la deuxième édition du camp des jeunes leader dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Appui aux Moteurs du Changement (FAMOC), soutenu par l’Ambassade Royale de Danemark. Ils étaient environs 500 jeunes à participer virtuellement au Camp Leader 20 sur la plateforme zoom à raison de COVID-19. L’équipe technique sous le leadership de la Directrice Exécutive, Adam DICKO, facilitait les échanges féconds depuis le siège social de l’AJCAD .

A l’ouverture, la Directrice Exécutive Adam DICKO, a indiqué que l’objectif du camp c’est de faire le bilan des activités réalisées par les Clubs d’actions citoyennes (CLAC). « C’est l’occasion pour les jeunes de se retrouver et de faire une planification par l’année qui se pointe à l’horizon tout en étant cohérent avec le thème : Redevabilité mutuelle et la bonne gouvernance », at-elle précisé. A l’en croire, le thème : la redevabilité mutuelle et bonne gouvernance, répond à un enjeu majeur. Les dernières élections, expliquera-t-elle, nous ont fait comprendre qu’il faut beaucoup mettre l’accent sur la redevabilité citoyenne qui vise à mettre le citoyen au cœur de l’action collective. « L’idée c’est de montrer à chaque citoyen qu’il a un rôle et des responsabilités et qu’il est redevable envers lui-même et envers la collectivité. La redevabilité doit aller dans les deux sens. La bonne gouvernance est aussi importante car tout le problème que l’on a aujourd’hui est liée à la mauvaise gouvernance », a déclaré la Directrice Exécutive.

 En groupe de 5 leaders par CLAC, les jeunes ont suivi et interchangé avec les facilitateurs sur les modules suivants : Leadership, Décentralisation, Plaidoyer, le Code de fonctionnement des CLAC. En outre, le thème central : Redevabilité mutuelle et bonne gouvernance, a été largement débattu par les participants. L’un des temps fort a été des échanges bilan et les perspectives et l’élaboration des plans d’action. Les jeunes ont réaffirmé leur engagement à poursuivre les actions de citoyenneté dans leurs communautés respectives.

Pour Mamadi Kaba Diakité, leader du CLAC de Sébénikoro, le camp représente un espace d’auto-évaluation. « Nous avons fait le bilan de l’année écoulée, suivi des modules sur le leadership, la décentralisation, la redevabilité et bonne gouvernance. Ce camp a été une expérience unique. Ce camp virtuel prouve qu’on peut innover en utilisant d’autres techniques pour arriver au même résultat »,

Pour sa part, Fatoumata Soumana Tara se réjouit de la tenue du camp. « J’avais des doutes par rapport à l’internet mais tout s’est bien passé. Je salue l’initiative et on a appris beaucoup », a-t-elle ajouté.

 À la clôture, la Directrice Exécutive Adam Dicko a félicité les jeunes d’avoir relevé le défi qui n’était pas évident lorsque la décision a été prise à la dernière minute de tenir le camp virtuellement et a exprimé ses vœux pour les perspectives 2021.

Vivement la troisième édition.

Cellule Communication / AJCAD