Assises nationales de la refondation : Un autre report

  • par

Initialement prévues pour démarrer au niveau local, ce mardi 23 novembre et finir le vendredi 26 novembre au Centre International de Conférence de Bamako (CICB), les ANR ont été une nouvelle fois reportées, ce lundi 22 novembre, par le Panel des Hautes Personnalites. Bien qu’une nouvelle date des Assises n’ait encore été communiquée, la recherche du consensus serait à la base de cet énième report.

Elles ont été proposées par le PM depuis sa nomination à la primature comme, la boussole pouvant orienter la transition d’une manière particulière et, le bateau Mali d’une manière générale. Comme ils ont voulu le baptiser, l’initiative des ANR « est une aubaine pour refonder le Mali dans toute sa splendeur. » affirme ses instigateurs.

L’adhésion de la classe politique malienne, dans sa majorité, se fait toujours attendre, et même celle d’un grand nombre des organisations de la société civile qui, se questionnent sur sa pertinence et son bien-fondé.

Les réticents aux ANR, avancent beaucoup d’arguments prouvant l’impertinence de ces rencontres de ‘’plus’’. Ils s’en vont pour preuves : la conférence nationale d’entente, le dialogue national inclusif et les concertations nationales. Les recommandations de ces derniers ne sont toujours pas appliquées. Alors, quel intérêt il y a-t-il de rassembler les maliens, une fois de plus qu’en bien même que les défis du pays sont connus de tous ?

Du coté des autorités de la transition, ce report permettra « aux résistants d’être rassurés pour ne pas rester en marge ». Cette volonté se traduit par la prise en mains récentes, par le président de la transition SEM Assimi GOITA des discussions avec les acteurs de la classe politique et les acteurs de la société civile malienne afin d’aboutir à une inclusivité des Assises.

Un report qui divise ?

Si certains sont optimistes d’autres sont sceptiques par rapport à la capacité et aux compétences de ce gouvernement de pouvoir accomplir sa mission. C’est le cas du journaliste Malick KONATE de Horon Tv « en six mois, ils n’ont pas pu organiser les assises, ce n’est pas en un an qu’ils vont organiser les élections générales. Ce gouvernement montre ses limites sur tous les plans » a-t-il commenté.

Par contre, selon ce responsable en charge de l’organisation des ANR, son report a pour motif, la nécessité de « trouver le consensus d’une large possible participation la plus inclusive » a-t-il déclaré.

Après le report de cette deuxième tentative de tenue des ANR.  Il est savoir a si l’on peut s’attendre à un nouveau report car, un adage dit ‘’ il n’y a jamais 2 sans 3 ‘’.