Phase Nationale des Assises, « il faut que nous-mêmes nous changions d’abord » dixit Zeyni Moulaye

Du lundi 27 au jeudi 30 décembre 2021 se tiennent les phases nationales et finales des assises nationales de la refondation, placées sous le haut parrainage de son excellence colonel Assimi GOITA président de la transition du Mali chef de l’État. Elle a débuté depuis le 11 décembre pour se poursuivre au 23 même mois par la phase intermédiaire au niveau des communes, des régions, de la diaspora et dans les camps de déplacés. Si les ANR ont été marquées par la présence d’un grand nombre d’acteurs de la société civile, de la vie politiques, des légitimités traditionnelles et des leaders religieux comme le Cherif de Nioro, Bouyé HAIDARA venu spécialement pour la cérémonie. Nous constatons, par contre, des grands absents comme L’imam Mahmoud DICKO figure de proue du M5.

Depuis le 09 décembre dernier le ton a été donné par le président de la transition dans son allocution à la nation, suivie, du 11 au 23 décembre par l’ouverture de la phase intermédiaire déroulée dans les communes, cercles, régions et dans la diaspora. Sous la houlette du panel de hautes personnalités et de la commission d’organisation, ce lundi 27 décembre 2021 a été lancée, la phase finale des assises nationales de la refondation de l’État dont les travaux se poursuivront jusqu’au jeudi 30 décembre 2021.

Le président du panel des hautes personnalités, Zeyni MOULAYE a planté le décor en présentant les résultats obtenus lors des phases intermédiaires, selon l’ancien ministre des affaires étrangères, « sur 759 communes, les ANR se sont tenues dans 725 communes soit un taux de participation de 95 pourcents. Sur 60 cercles les ANR ont pu se tenir sur 51 cercles excepté celui de (Kidal, Taoudéni et Ménaka) dû à l’insécurité soit un total de 95 pourcents, de réalisation » a-t-il déclaré.

Pourquoi avoir commencé du niveau communal ?

Pour monsieur Zeyni MOULAYE cela a tout son sens, « elle montre à combien les communautés ont leur importance dans cette phase de la refondation de l’Etat ». Le président des Hautes Personnalités souligne que ces ANR sont un créneau important pour refonder l’État, mais cette refondation passe d’abord par la refondation de L’homme, poursuit-il. Il précise que « Pour changer notre pays, il faut que nous-mêmes nous changions d’abord ». Il indique, par ailleurs, que cette refondation n’est guère une fin en soi, « car la refondation est un processus pour tout ce 21ème siècle ».

La suite à donner aux ANR ?

Pour mener à bien les recommandations issues de ces ANR, selon monsieur Zeyni MOULAYE : « un comité de suivi sera mis en place pour suivre la mise en œuvre des recommandations pour les 25 années à venir soit le temps de toute une génération » a-t-il annoncé.

Quant au président, qui a ouvert les travaux, le colonel Assimi GOITA, président de la transition, après avoir fait un état de lieu de la situation du pays dans le fond et dans la forme, il s’est réjoui de l’engouement des maliens par rapport, à ces ANR dans lesquelles, il voit une aubaine pouvant nous permettre de se situer sur notre avenir. En diagnostiquant les maux, par une analyse, assez fidèles des réalités quotidiennes, il a appelé les participants, à proposer des solutions idoines. Cela nous permettra de savoir et d’avoir un nouveau type de malien, un nouveau type de leaders, et un nouveau type de gouvernance puisé dans nos savoirs endogènes pour mener à bien le bateau Mali dans les 25 ans à venir qu’Allah bénisse la Mali.

Notons que, beaucoup d’organisations politique et de la société civile prennent part à cette phase nationale des ANR notamment, l’Association des Jeunes Pour la citoyenneté Active et la Démocratie (AJCAD).

Samba Balobo BA